mardi 6 Mar 2018 - 10:31
News
Accueil > Insolite > Le tueur du Zodiaque, un cas non élucidé

Le tueur du Zodiaque, un cas non élucidé



le tueur du zodiac

Le tueur du Zodiaque est un tueur en série non identifié à qui sont attribués de façon certaine 5 meurtres, 2 tentatives de meurtre et un enlèvement commis dans le nord de la Californie en 1968 et 1969. Mais au-delà de ces faits, il a été soupçonné d’une série de meurtres (entre 37 et 200 selon les auteurs) commis entre 1966 et 1978. Le nombre total de ses victimes reste incertain. Il est soupçonné d’avoir tué au moins cinq victimes dans les villes de Benicia et Vallejo, au lac Berryessa près de Napa et à San Francisco entre décembre 1968 et octobre 1969. Dans son livre consacré au tueur, Robert Graysmith établit une liste de 49 noms. Le tueur a revendiqué 37 victimes.

Les victimes connues du Zodiac étaient pour la plupart de jeunes couples qui se trouvaient dans leur voiture, à l’arrêt, à la tombée de la nuit dans un endroit retiré (parking, lac). Dans deux cas, le tueur s’est approché très rapidement et a immédiatement ouvert le feu depuis l’extérieur de la voiture. Dans une autre affaire, il ligota un couple et discuta assez longuement avec eux avant de les agresser au couteau (la jeune fille décéda, son ami survécut et put raconter la scène). On attribue également au Zodiac le meurtre d’un chauffeur de taxi en pleine ville (il aurait très probablement été contrôlé par deux policiers quelques instants après le meurtre mais sans être appréhendé, la radio de la police annonçant par erreur un suspect de couleur noire) et l’enlèvement d’une femme qui parvient à s’échapper en sautant en marche de la voiture de son ravisseur. Dans tous ces cas, modus operandi, témoins, survivants et lettres anonymes du Zodiaque semblent indiquer que le suspect de ces crimes est une seule et même personne.

Le surnom du tueur provient de ses nombreuses lettres envoyées à la presse, incluant quatre cryptogrammes, dont trois n’ont à ce jour toujours pas été élucidés. Le premier sera décrypté le 8 août 1969 par le professeur Donald Harden et sa femme Bettye Harden. Les lettres sont également signées par un symbole ressemblant à une croix celtique ou à la mire de visée d’un fusil de précision, un symbole également gravé avec la pointe d’un couteau sur une portière de la voiture d’une des victimes.

On dénombre 2 500 suspects interrogés au cours des décennies. En avril 2004, la police de San Francisco clôt officiellement l’affaire, bien que l’identité du tueur demeure inconnue et qu’il n’existe pas de loi de prescription pour le meurtre. L’affaire reste ouverte dans le comté de Napa et à Vallejo. Parmi les suspects principaux : Arthur Leigh Allen, que Robert Graysmith présume être le tueur, et Theodore John Kaczynski, surnommé « Unabomber », qui à l’époque des meurtres résidait à Berkeley. Les noms de Andy Walker, Bruce Davis, Lawrence Kane, Michael O’Hare et Rick Marshall furent également mentionnés parmi les suspects.

À ce jour, la police n’a toujours pas résolu les affaires criminelles liées ou présumées liées au tueur surnommé le Zodiac. En 1978, une seizième et dernière lettre fut envoyée à la police rappelant que le tueur était toujours présent et que jamais il ne serait arrêté. L’auteur précisait également qu’il souhaiterait qu’un film soit fait sur lui. À ce jour le Zodiac n’a plus donné signe de vie mais reste l’un des tueurs les plus énigmatiques en criminologie. L’inspecteur Kelly Caroll qui a repris l’enquête avec son équipe en 2000 a fait savoir que des preuves additionnelles récemment découvertes pourraient leur apporter le profil génétique complet du véritable tueur.

Une comparaison effectuée en 2002 entre l’ADN prélevé sur des enveloppes du tueur semble innocenter Arthur Leigh Allen, mais ne permet pas de conclure que l’ADN prélevé est celui du tueur.

Le tueur du Zodiac identifié en Juin 2009?

Après trente-et-un ans de mystère et une dizaine -au moins- de crimes non élucidés, une femme est brusquement sortie de l’anonymat la semaine dernière pour déclarer que le fameux tueur du Zodiaque, qui terrorisa la région de San Francisco entre 1968 et 1978, ne fut autre que son beau-père, Guy Ward Hendrickson, menuisier sans histoires décédé d’un cancer en 1983.

Flanquée d’un avocat hilare récemment rayé du barreau, Deborah Perez, 47 ans, a donné une conférence de presse devant les marches du San Francisco Chronicle, quotidien auquel l’assassin envoya des missives railleuses pendant dix ans alors qu’il commettait ses crimes.
Qu’a raconté Deborah Perez, agente immobilière de Corona (comté d’Orange) qui ne s’était jamais manifestée jusqu’à ces étonnantes révélations ?

Qu’à l’âge de sept ans, lorsqu’elle ne comprenait encore rien à la vie, elle accompagna deux fois ce beau-père, qui avait fait venir sa mère et ses sept enfants du Mexique, sur les lieux de ses crimes.
Qu’elle ne fut pas le témoin direct des meurtres, mais qu’elle entendit des coups de feu, que Guy expliqua comme l’explosion de pétards.

Plus troublant encore, Deborah affirme avoir non seulement écrit la lettre que le tueur du Zodiaque envoya à l’avocat Melvin Belli (aujourd’hui disparu) en 1969, mais être en possession des lunettes de l’une des victimes, le chauffeur de taxi Paul Stine, assassiné le 11 octobre de la même année. Elle aurait également aidé son beau-père à confectionner la capuche qu’il portait toujours lorsqu’il s’apprêtait à tuer.

Les sceptiques sont nombreux et les motivations de Deborah jugées douteuses. Depuis la plongée soudaine du tueur en série dans l’anonymat en 1978, des centaines de personnes continuent chaque année d’affirmer l’avoir connu. Aucune de ces pistes n’a jamais rien donné. A ce jour, son identité reste une énigme. Pourtant, si les lunettes permettent de détecter l’ADN de Paul Stine, Deborah pourrait finalement être prise au sérieux. Pour l’heure, on s’explique mal la raison de son si long silence.

J’ai réalisé que mon beau-père était le tueur du Zodiaque en voyant pour la première fois son portrait robot en 2007, a-t-elle répondu le jour de sa conférence de presse. Jusqu’à cette date, je ne connaissais pas l’histoire du Zodiaque. Mais en découvrant ce portrait, j’ai reconnu Guy. Puis je me suis souvenue que je l’avais accompagné sur les lieux de deux de ses crimes sans le savoir.

Donnez-nous votre avis :

Thanks for rating this! Now tell the world how you feel - .
Que pensez-vous de cet article ?
  • Fait réel
  • Indécis
  • Fake

Commenter

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*