Sorcières de Salem : la véritable histoire !

Dans l’hiver froid de 1692, à Salem, dans le Massachusetts, deux filles, la fille du très respecté Samuel Parris, Betty, et sa tutrice, Abigail Williams, ont commencé à présenter un comportement étrange. Elles étaient prises d’étranges convulsions, rampant sous les meubles de la maison et parlant une langue non identifiée et aux accents étranges. Personne n’a été en mesure d’identifier le mal dont elles souffraient, jusqu’à ce que le 8 février, un médecin en arrive à la conclusion que les filles étaient possédées par des esprits démoniaques. Parce qu’à l’époque, certains troubles physiques ou comportementaux n’avaient pas encore été diagnostiqués, beaucoup sont en fait arrivés à la conclusion que c’était une manœuvre de forces obscures. Leur croyance a été le début de l’une des histoires les plus curieuses et particulièrement meurtrières du XVIIe siècle. Cet article revient sur la véritable histoire des sorcières de Salem.

L’histoire des Sorcières de Salem : contexte et à l’origine de l’affaire

L’histoire des sorcières de Salem renvoie tout d’abord à une série de procès en sorcellerie qui ont marqué l’histoire de la jeune colonie américaine entre février 1692 et mai 1693 dans l’état du Massachusetts. Elles ont conduit l’arrestation d’une centaine de personnes et l’exécution de quatorze femmes et de six hommes. C’est la chasse aux sorcières la plus importante de l’histoire de l’Amérique du Nord.

La ville de Salem était à l’époque au cœur de changements importants : le commerce au sein de la ville connaissait une prospérité relative, si bien que des familles ont commencé à faire fortune et à se faire un nom. Les Putnam et les Porters, deux familles de l’élite de la ville se livraient une concurrence accrue pour le contrôle des secteurs les plus juteux. À quelques kilomètres de la ville, il y a eu des conflits sanglants entre les Indiens, qui ont poussé beaucoup de personnes dans un refuge à Salem. La ville était dirigée par des puritains de la colonie de la baie du Massachusetts pratiquement sans contrôle royal de 1630 à la promulgation de la Charte en 1692. Le clergé puritain en conflit permanent avec les Amérindiens assimilait constamment ces derniers à des sorciers dont les attaques étaient considérées comme l’assaut des forces du mal. Puisque les puritains croyaient en Dieu, mais ne croyaient pas aux icônes et à la vénération des saints, ils ont expliqué toutes les calamités avec la colère de Dieu. Ils croyaient que les gens étaient obsédés par le diable, en particulier les femmes. Par conséquent, la peine de mort pour sorcellerie a été introduite dans la nouvelle ville, ce qui a donné une ampleur considérable à la chasse aux sorcières de 1692.

Ainsi, pendant l’hiver très froid de 1692, la petite Betty Parris et la nièce du révérend Abigail Williams ont été prises d’un étrange trouble qui a affligé au même moment d’autres jeunes filles de la ville. Le médecin du village, William Griggs, a été appelé. Griggs est parvenu à un diagnostic selon lequel les filles étaient ensorcelées, cette nouvelle se répandit comme une traînée de poudre dans la ville.

Par la suite, le révérend Samuel Parris et d’autres fidèles concitoyens ont commencé à faire pression sur les deux filles ainsi que les enfants qui ont souffert des mêmes troubles. Le but était de les contraindre à nommer des personnes qui ; soi-disant les ont conduits sur les chemins du diable. Très vite, trois femmes sont appréhendées : il s’agit de Sarah Osborne, Sarah Good et Tituba. Le profil des trois femmes a permis de consolider les soupçons qui pesaient contre elles :

  • Sarah Osborne était une vielle femme grabataire qui avant détourné l’héritage des enfants de son premier mari pour le remettre à son nouvel époux ;
  • Sarah Good est une mendiante, fille déshéritée d’une aubergiste française qui s’était suicidée par le passé ;
  • Tituba quant à elle était l’esclave du révérend Parris. Elle avait déjà été accusée de sorcellerie, ce qui semblait tout à fait logique puisqu’elle a été amenée par le père Parris de la Barbade et a souvent évoqué sa connaissance des rites Vaudou.

À ce moment-là, le nombre de filles atteintes de troubles s’est élevé à 7, et toutes se tordant continuellement, ont confirmé devant le tribunal que c’était Tituba qui les avaient envoutés au travers d’esprits démoniaques.

Les femmes ont été arrêtées et interrogées, et deux d’entre elles ont juré qu’elles étaient innocentes. Mais Tituba a admis que le diable est venu vers elle et lui avait confié une mission : détruire les Puritains. Elle a également dit qu’il y avait encore des sorcières comme elle dans la ville. Après cela, les trois accusés ont été emprisonnés. Plusieurs autres femmes accusées de sorcellerie ont été arrêtées et enchaînées. Elles ont été soumises à de terribles tortures et maintenues dans des conditions terrifiantes. Craignant pour leur vie et incapables de résister à l’intimidation, les personnes arrêtées ont avoué être des « alliées de Satan » et ont désigné d’autres comme leurs complices. Et peu importe à quel point les accusations étaient délirantes et intenables, elles sont crues et validées.

Développement : procès d’ampleur, condamnations et exécutions

À la suite des arrestations, une vague de paranoïa a touché toute la ville, et a dépassé Salem se propageant dans toute la Nouvelle-Angleterre. Un climat de suspicion a longtemps régné parmi les habitants et le moindre comportement étrange ou trouble physique était attribué aux œuvres des démons sataniques. Grâce au zèle des puritains déterminés à éradiquer les sorciers, magiciens, et autres alliés de Satan, les prisons se remplissent très rapidement. Les interrogatoires et les accusations se sont succédé, touchant même de cadres éminents de la communauté ecclésiale chrétienne, à l’image de Martha Corey. Elle sera plus tard exécutée par pendaison le 22 septembre 1692. Tout comme elle, le ministre George Burroughs espérait justice jusqu’à la fin, mais il a été pendu. Il était considéré comme le chef des sorcières de Salem. Précédemment pasteur dans la ville, il s’est retiré de Salem après une embrouille avec la congrégation.

Tous les procès des sorcières se sont déroulés dans des conditions absurdes et complètement expéditives. Les visions et les rêves des jeunes filles servent de preuve et de témoignages contre les sorcières présumées. La plupart des aveux ont été obtenus sous contraintes et après des tortures intensives. Même des petits enfants ont été déclarés sorciers. L’une des condamnées a été jugée avec son enfant de quatre ans.

Après les procès sommaires, tous les prévenus ont été reconnus coupables et condamnés à mort. Seuls quelques-uns qui ont plaidé coupables ou dénoncé d’autres suspects ont échappé à l’exécution. Au moins cinq personnes sont mortes pendant leur incarcération, tandis que 29 autres ont été condamnées pour sorcellerie, dont 19 ont été pendues. Parmi eux, George Jacobs accusé par sa propre petite-fille, le fermier John Proctor ainsi qu’un ancien policier John Willard qui a refusé de poursuivre les prétendues sorcières ont subi le même sort. Au total, six des victimes étaient des hommes. Mais, c’est lorsque l’épouse du gouverneur Phips, Lady Mary Phips, a été inculpée que l’affaire a connu une nouvelle tournure. Ce dernier a alors donné l’ordre de mettre fin aux exécutions. Il fit libérer la quasi-totalité des personnes emprisonnées, les juges ont été révoqués sous son ordre et l’affaire a été suspendue. Sans compter que parallèlement, les membres du clergé ont découvert que les procès étaient abusifs et ont commencé à parler aux juges qui commençaient également à s’interroger sur la régularité de la procédure. Ils ont réalisé que de nombreuses personnes innocentes ont été condamnées à mort et ont soutenu le gouverneur Phips.

Épilogue de l’histoire

En 1711, après d’énormes pertes en vies humaines, une division sociale accrue et des dégâts massifs dans toute la ville et même l’état, le gouverneur du Massachusetts décida de pardonner à tous les coupables. En outre, il a fourni un soutien financier aux familles qui ont perdu des êtres chers en vain. Quelques années plus tard, de nombreux participants directs aux procès ont reconnu leur erreur. L’une des filles, E. Putnam, a admis après des années avoir accusé les gens dans un état de confusion et de perplexité total. D’autres accusatrices ont fini par reconnaître leurs erreurs. Ayant menti une fois, elles ne pouvaient plus s’arrêter et ont été forcées de mentir encore et encore, donnant lieu à un mensonge après un mensonge. Sous la pression du public et dans un climat hystérique, aucun d’eux n’a eu le courage d’avouer et d’arrêter la frénésie sanglante.

Comparé à l’Europe, où des centaines de milliers de personnes ont été exécutées pour sorcellerie, le cas de Salem semble moins grave même s’il reste très symbolique. Il constitue un exemple reluisant d’hystérie générale capable de conduire à des crimes de masse. Tous les documents authentiques relatifs à la chasse aux sorcières, y compris les témoignages, les accusations, les dénonciations, les rapports d’exécution, le nombre de pendus et de prisonniers, sont conservés dans les archives du musée de Salem. Bien plus tard, de nombreuses thèses ont été émises pour expliquer les crises dont ont souffert les filles. Elles vont de la Maladie de Huntington à une contamination par de l’orge et du seigle poussant sur des sols humides de plusieurs villages du Massachusetts en passant par une simple hystérie des puritains.

Salem : un héritage mitigé

Aujourd’hui, le nom de la ville renvoie à cette époque marquante. Références politiques, pièces de théâtre, séries télévisées, films et mythes tous continuent de la rappeler continuellement. Ceux qui veulent provoquer la terreur, souligner l’importance du fanatisme religieux y font toujours référence. Une distinction a été décernée à la ville en 2013, lorsque le président américain Barack Obama, par une législation, a reconnu Salem comme le berceau de la Garde nationale américain. La ville conserve délicatement le mystère qui l’entoure ; les jours prometteurs de l’histoire puritaine et du plaisir mêlées au à l’époque sombre de la persécution. Le village des sorcières garde ses flammes, séduit toujours et conserve sa magie pour l’éternité.

Tu pourrais aussi aimer

Ana

A propos de l'auteur: Ana

Je maîtrise toutes les facettes de l'étrange. Cela va du paranormal au médium, en passant bien entendu par la voyance !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *