mardi 6 Mar 2018 - 4:36
News
Accueil > Légendes urbaines > Reportage sur les 13 cranes de cristal

Reportage sur les 13 cranes de cristal



Selon la légende Maya, lorsque les treize crânes seront réunis, ils révèleront le secret de la vie. Ces crânes auraient été transmis par les Atlantes qui les tenaient des Initiateurs venus du ciel… C’est en 1924 qu’Anna Le Guillon Mitchell-Hedges (17 ans) , et son père adoptif, l’explorateur anglais Frederick Albert Mitchell-Hedges (1882-1959) découvrent un crâne en cristal de roche dans les ruines d’un temple de la cité Maya à Lubaantùn, au Belize. C’est une reproduction quasi parfaite d’un crâne humain féminin (En dehors de l’absence des sutures crâniennes). Il pèse 5 kg . Il est composé d’une mâchoire inférieure s’ajustant exactement à la partie supérieure. Les propriétés optiques du crâne sont étonnantes : éclairé par le dessous, la lumière jaillit par les orbites. Frappé à l’arrière par les rayons du soleil, un faisceau lumineux intense ( susceptible de mettre le feu ) jaillit des orbites, du nez et de la bouche.

Certaine de son authenticité, Anna accepte de confier le crâne à une équipe de scientifiques spécialisés dans la cristallographie de la société Hewlet-Packard. Après 6 mois de tests, les conclusions tombent : le crâne est constitué d’un quartz naturel extrêmement pur, du dioxyde de silicium “piézo-électrique” anisotrope. Les deux morceaux sont taillés dans le même bloc de cristal de roche. Aucune trace d’instrument, ni marque microscopique quelconque. Sans trace d’usinage, il est impossible de dater sa fabrication ( le cristal ne vieillit pas ). Avec une technologie moderne au diamant il faudrait un an de travail pour obtenir l’aspect extérieur ( avec des traces d’usinage, ce que ce crâne n’a pas ! ), quant aux effets prismatiques, leur reproductibilité est encore plus difficile. La fabrication manuelle aurait requis 300 années de labeur continu…

Il existe d’autres crânes de cristal, dont la découverte ou l’acquisition n’est pas défini. Nick Nocerino, propriétaire d’un crâne de cristal baptisé “Sha-Na-Ra” a fondé un institut de recherche parapsychologique afin d’étudier leurs propriétés “psy”. Jo Ann Parks est détentrice de “Max” et Norma Redo est la propriétaire du crâne à la croix reliquaire. En 1996, tous les trois ont accepté de prêter leur crâne au British Muséum à fin d’expertise. Les résultats n’auraient pas été divulgués. Le British Muséum refusent de livrer leur conclusion. Pourquoi ?

Donnez-nous votre avis :

Thanks for rating this! Now tell the world how you feel - .
Que pensez-vous de cet article ?
  • Fait réel
  • Indécis
  • Fake

Pas de commentaire

  1. Les crânes auraient été analysés, les microscopes indiquent que les outils utilisés pour confectionner ces crânes dateraient de notre ère, et même maximum du 19 eme siècle. Ce serait une femme qui aurait voulu se distinguer des autres.

Commenter

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*