mardi 6 Mar 2018 - 1:22
News
Accueil > Paranormal > Bettiscombe manor : le manoir hanté

Bettiscombe manor : le manoir hanté



bettiscombe-manor

De toutes les histoires de crânes qui courent en Angleterre, la plus singulière est probablement celle du crâne hurleur de Bettiscombe Manor, dans le Dorset. Ce château est le berceau de la famille Pinney. Au XVIIIe siècle, un Pinney parti pour les Indes occidentales et en revint avec un serviteur noir. Ce serviteur mourut très rapidement, mais avant de mourir, il fit promettre à son maître qu’il serait enterrer dans sa patrie, une île des Caraïbes appelée Nevis. Le châtelin ne tint pas sa promesse et fit ensevelir son serviteur dans le cimetière local. Aussitôt, des cris effroyables s’élevèrent de la tombe et terrifièrent le voisinage. Il fallut l’exhumer et le rapporter dans la demeure pour obtenir un retour au calme.

Les occupants actuels du manoir, Mr et Mrs Pinney pensent maintenant que la dernière volonté du serviteur à été respectée et que toute cette histoire est sortie de l’imagination d’un antiquaire du XIXe siècle, le juge J.S. Udal.

«Nous pensons, explique Mrs. Pinney, que le crâne a été découvert dans un tombeau celtique qui se trouvait derrière le manoir. On le transporta au château entre 1690 et 1694 et il fut considéré comme talisman. En 1897, le juge Udal qui visitait l’île de Nevis entendit parler d’un esclave qui était autrefois parti pour l’Angleterre. A son retour, le juge Udal s’imagina que le crâne appartenait à cet esclave et il écrivit un article à ce sujet dans un bulletin local.»

En fait, ce crâne, examiné par un spécialiste, se révéla être celui d’une petite fille décédée 2000 ans auparavant. Mais la légende est tenace. Encore aujourd’hui, on dit que si on enlève le crâne il se met à hurler, et la personne qui oserait le déplacer mourrait dans l’année.

Source: Facts and fallacies, Reader’s Digest, 1988

Donnez-nous votre avis :

Thanks for rating this! Now tell the world how you feel - .
Que pensez-vous de cet article ?
  • Fait réel
  • Indécis
  • Fake

Commenter

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*