Le chupacabra : D’où vient-il vraiment ?

La faune de la terre est peuplée d’espèces magnifiques et parfois qui sortent de l’ordinaire. La plupart d’entre elles provoquent fascination et engouement. Il y a toutefois, des espèces qui frappent d’abord par leur étrangeté, mais aussi par la peur qu’elles inspirent. Le chupacabra est une de ces espèces. Si de nombreuses personnes affirment l’avoir vu, d’autres doutent encore de son existence. Quel est cet animal mystérieux ? D’où vient-il ? Existe-t-il vraiment ? Ce sont les questions qui viennent à l’esprit quand les gens sont confrontés à l’inconnu. Laissez-vous guider dans l’antre d’un animal pas comme les autres.

Origine du nom

Issu de l’espagnol, le nom chupacabra signifie littéralement suceur de chèvres. Ils n’auraient pas pu trouver meilleur nom à cette créature étrange dont l’histoire laisse un arrière-goût de stupeur et des sueurs froides. Son nom traduit déjà assez bien ce qui en fait la particularité. Le chupacabra est réputé comme étant un vrai carnassier. En effet, il a pour préférence le sang et pas n’importe quel sang. Il aurait attaqué et dépecé de nombreux bétails dans les régions de l’Amérique hispanique.

Premières manifestations

Aussi célèbre que l’affaire Roswell, le chupacabra est élevé au rang de mythe et de légende en raison des nombreux témoignages d’attaques même si bon nombre d’entre eux semblent tirer par les cheveux.

Porto-Rico

Les premiers récits d’attaques du chupacabra proviennent du petit village sud-américain de Moca à Porto-Rico. Ainsi, de nombreux animaux avaient été retrouvés dans un horrible état. Leur sang semblait avoir été aspiré par des incisions circulaires dans le cou. En premier lieu, les habitants très superstitieux avaient rejeté la faute sur les vampires ou des adeptes d’une secte satanique. Des évènements similaires vont être recensés dans les régions proches ravivant le vent de panique. La similitude des faits est frappante. Mais ceux-ci ne vont pas tarder à être recensés à d’autres endroits.

La propagation des attaques

Bien des années après les évènements de Moca, des faits similaires vont se produire un peu partout dans le monde. Ainsi, dans les années 1990, de nombreuses mutilations d’animaux auront lieu aux États-Unis, au Mexique, au Chili, en Argentine, au Brésil, au Panama, au Nicaragua, au Portugal

Ainsi en janvier 1996, au Brésil trois jeunes filles vont observer l’étrange bête. De même en 2004, au Texas, un fermier de la ville de San Antonio va abattre un animal ressemblant à un chien qui aurait voulu tuer ses animaux. Toutefois, les analyses effectuées sur l’animal vont révéler qu’il s’agissait juste d’un coyote souffrant de gale sarcoptique. La bête sera surnommée la bête d’Elmendorf par les amateurs de paranormal.

Dans le même État, le fermier Reggie Lagow va retrouver un animal étrange capturé par l’un de ses pièges. Il décrit l’animal comme un hybride de souris, de chien et de kangourou. Il affirmera à maintes reprises avoir transmis la carcasse de l’animal au Département texan des parcs et animaux sauvages. Cependant, ces derniers nieront toujours avoir reçu une telle bête et déclarent qu’il ne s’agirait que d’un simple coyote. De quoi nourrir les soupçons des conspirationnistes.

Par ailleurs, en 2006, dans le Maine, les habitants de la petite ville de Turner vont découvrir ce qu’ils décriront comme un mutant hybride de chien. Ils vont affirmer que ce chien mutant aurait attaqué de nombreux chiens domestiques. Mais les photos de l’animal semblaient plutôt montrer un pauvre chien qui a dû se faire écraser par un conducteur un peu trop pressé.

En août 2007, les habitants découvriront trois cadavres de bêtes inconnues. Ils prirent soin de conserver l’une des têtes des bêtes. Un fermier de la région affirma que durant toute une année il avait perdu une trentaine de poulets lors d’attaques inexpliquées. Il était donc persuadé que ces bêtes devaient en être responsables.

L’histoire de Madeleine Tolentino Maldonado est encore plus atypique. Elle raconte qu’un jour aidant sa mère à faire le ménage au premier étage de leur maison, elle aperçoit un homme faisant reculer sa voiture l’air effrayé. Ce dernier semblait fuir quelqu’un ou plutôt quelque chose. C’est à ce moment qu’elle l’a vu. Un monstre debout sur deux pattes, les bras en l’air en bonne posture pour attaquer. Elle émet un grand cri qui a sans doute fait fuir la bête. Sa mère poursuivra la bête avec un autre homme, mais celle-ci réussit à leur échapper.

Le policier Jose Collazo raconte qu’un jour il a été alerté par l’alarme de son véhicule pendant qu’il dormait. Il est donc sorti voir ce qui se tramait en prenant soin de s’armer de son pistolet. Une fois dehors ce qu’il aperçoit lui donne la chair de poule. Une bête étrange s’en prenait à son chien. Sentant venir le danger, Jose tire sur la créature qui s’enfuit aussitôt sans laisser de traces.

Description de la créature

Lorsqu’en 1996, trois jeunes filles virent la bête étrange qu’elle considérait comme un chupacabra, elles en firent la description. Elles auraient vu un androïde de près d’un mètre de taille se tenant sur deux pattes. Il possédait une immense tête sur un corps rachitique et de grands yeux rouges.

D’autres le décrivent comme un monstre recouvert de plumes. Dans d’autres régions, il s’agirait plutôt d’une créature entièrement recouverte de plumes et ravageant les plantations. C’est surtout à partir des années 2000 que le chupacabra sera décrit comme une créature à quatre pattes. Le chupacabra serait encore une créature au corps de dinosaure ou une panthère avec des caractéristiques de reptiles.

Origine de la chupacabra

On attribue au chupacabra des origines diverses. Selon les sources officielles, ces mutilations d’animaux sont l’œuvre de chiens vagabonds. Ils attribuent également les étranges marques à des animaux importés illégalement comme les panthères. La théorie des sectes semble aussi tenir la route selon les officiels. 

Les conspirationnistes

Ceux-ci pensent que l’État et la presse useraient de leurs moyens pour étouffer l’affaire. Ils pensent que le chupacabra existe vraiment, mais que son existence est cachée. L’un d’eux le journaliste Jorge Martin soutient que les États-Unis et le Porto-Rico auraient réussi à capturer des chupacabras. Ils les conserveraient pour des expériences secrètes.

En outre, les chupacabras ne seraient que le fruit de scientifiques totalement fous. Ces derniers auraient créé ce monstre en faisant de nombreuses manipulations génétiques. Martin se défend en affirmant que les Russes ont déjà réalisé de nombreuses expériences concluantes dans le domaine. À plus forte raison les Américains devraient en être capables. Il ajoute être entièrement convaincu que des analyses sanguines ont révélé que le sang retrouvé n’était pas un sang humain ni celui d’aucune espèce existante. Ceci serait donc la preuve irréfutable de l’origine extra-terrestre du chupacabra.

Les amateurs de faits paranormaux

Pour ceux-ci, le chupacabra serait d’origine extra-terrestre. Il ne serait pas lui-même un extra-terrestre, mais plutôt l’animal de compagnie d’un extra-terrestre. Pour les ufologues, ce sont des Entités biologiques anormales.

Les sceptiques

Nombreux sont ceux qui pensent que la pseudo existence des chupacabras ne seraient que le fruit d’une hystérie collective. Pour eux, il n’y aurait rien d’anormal dans cette histoire. Ils considèrent en effet que les animaux retrouvés morts sont soit morts de maladie soit morts des suites d’attaques de chiens ou de coyotes. Ces personnes qui se veulent plus rationnelles et cartésiennes que les autres trouvent que le chupacabra est la manifestation des tares de personnes analphabètes. Ce serait l’invention de l’esprit de personnes ayant été bercées toute leur vie dans des superstitions et de fausses croyances.

Le chupacabra ne serait donc que l’explication irrationnelle et surnaturelle trouvée par des personnes qui manque de jugeote pour expliquer un phénomène tout à fait normal. Pour soutenir leur position, ils rappellent que les prétendues photos ou vidéos prouvant l’existence du chupacabra se sont révélées être fausses. De plus, les cadavres et restes censés être ceux des chupacabaras n’étaient en fin de compte que des carcasses de chiens morts ou de coyotes atteints de gale ce qui expliquerait leur aspect singulier, presque extra-terrestre. Autre fait marquant, c’est le fait que la plupart des prétendues attaques sont issues de rumeurs. De ce fait, elles sont donc difficiles à vérifier et donc très douteuses.

Autres animaux étranges

De nombreux autres animaux étranges sont à l’origine d’une véritable fascination de la part des hommes. Ils intriguent non seulement de par leur étrangeté, mais aussi en raison du danger qu’ils représentent.

  • Le bigfoot: haut de 2 mètres et pesant près d’une tonne, le bigfoot est un animal légendaire qui aurait la particularité d’avoir des pieds de 60 cm de longueur. De nombreuses populations du nord-ouest pacifiques racontent des légendes sur l’existence de cet animal géant qui volerait des poissons dans leur filet. Par ailleurs, on retrouve beaucoup de récits, de personnes ayant été soit capturés soit attaqués par le bigfoot. Si certains pensent qu’il s’agirait d’un homme préhistorique, d’autres lui attribuent des origines hors de notre système solaire.
  • Olgoï-Khorkhoï: cette créature au nom bizarre est elle-même d’une forme étrange. Il s’agirait d’un énorme ver intestin mesurant près d’un mètre de long. Il vivrait en Mongolie et serait capable d’ôter la vie à un homme. De couleur rouge, il éprouverait une vive attirance pour la couleur jaune et ne se manifesterait qu’en été. On raconte qu’il tuerait les hommes en leur projetant du poison ou en produisant une forte charge électrique par le frottement de sa peau avec le sol aride du désert.
  • Le monstre du Loch Ness : il serait carrément impossible de parler d’étranges créatures sans évoquer « Nessie ». Le monstre du Loch Ness est une créature lacustre qui habiterait dans les eaux du lac Loch Ness, le second plus grand lac d’Écosse. Le premier témoignage connu est celui de Saint Columba rapporté par Adomman d’Iona. Ce dernier, évangélisateur avait pour habitude de faire une pause au bord du Loch Ness pendant son trajet. Il y aurait assisté à l’enterrement d’un homme mordu par la bête pendant qu’il nageait. Sainte Columba aurait alors demandé à un jeune de se baigner dans cette eau. Ce que fit ce dernier quand soudain la bête apparut. Alors d’un signe de croix, Sainte Columba l’aurait fait fuir.

Cette histoire relève de la légende, mais au court du XXe siècle de nombreuses personnes vont affirmer avoir vu le monstre. Avec le développement de la technologie, des photos et des vidéos seront également fournies pour soutenir ces affirmations. Mais la plupart s’avèreront être des canulars.

Tu pourrais aussi aimer

Ana

A propos de l'auteur: Ana

Je maîtrise toutes les facettes de l'étrange. Cela va du paranormal au médium, en passant bien entendu par la voyance !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *