lundi 17 Juin 2019 - 15:52
News
Accueil > Paranormal > La combustion spontanée : le cas de Caen

La combustion spontanée : le cas de Caen



combustion spontanée demoiselle de caen

A Caen (France), le 3 juin 1782, une vieille demoiselle disparaît en fumée. Mérille, le chirurgien chargé d’examiner l’affaire, écrit : « Le sommet de la tête gisait sur un des chenets, à quarante-cinq centimètres du feu. Le reste du corps gisait de travers, en face de la cheminée, et n’était plus qu’une masse de cendres. Même les os les plus solides avaient perdu leurs formes et leur consistance. On retrouva le pied droit entier, mais roussi.Bien que ce fut une journée froide, il n’y avait dans le foyer que deux ou trois morceaux de bois brûlés. »

Honnêtement, il ajoute que, dans la journée qui a précédé la disparition de Mlle Thaus, des témoins ont vu celle-ci absorber plusieurs litres de vin et un litre de cognac. Un tel exemple a incité un médecin légiste américain, le docteur Dixon Mann, à émettre l’hypothèse selon laquelle ces cas de combustion humaine spontanée s’expliquaient par l’état d’imbibation alcoolique particulièrement prononcé des victimes.

Une étincelle suffirait alors à les enflammer. Malheureusement, et le docteur Mann le reconnaîtra lui-même, de nombreux autres cas de combustion spontanée concernent des personnes qui ne buvaient que de l’eau. Pourtant, le rapport du chirurgien Mérille est formel : Pas un meuble de l’appartement n’était endommagé. On retrouva la chaise sur laquelle elle était assise, intacte, à une cinquantaine de centimètres. Le corps s’était consumé en moins de sept heures, bien que rien d’autre que les vêtements n’ait été calciné.

Donnez-nous votre avis :

Thanks for rating this! Now tell the world how you feel - .
Que pensez-vous de cet article ?
  • Fait réel
  • Indécis
  • Fake

Commenter

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*