lundi 26 Août 2019 - 10:07
News
Accueil > Paranormal > Les NDE et la science

Les NDE et la science



nde et science

Une nouvelle étude menée auprès de patients qui sont passés à un cheveu de la mort contient juste assez d’éléments pour satisfaire ceux qui veulent croire et juste assez d’incertitudes pour convaincre les autres qu’il peut y avoir une autre explication. Un médecin britannique prétend détenir les preuves qu’en cas de mort clinique, déclarée lorsque le cerveau ne produit plus aucune activité, la conscience fonctionne encore. Sam Parnia, chercheur et médecin à l’hôpital général de Southampton (Grande-Bretagne), tente de le prouver. Il a exposé ses arguments lors d’une conférence qui s’est tenue le 21 juin au California Institute of Technology (USA). Ses conclusions s’appuient sur une étude clinique menée auprès de 69 personnes victimes de crises cardiaques. Il s’agissait de sujets qui, après avoir été déclarés cliniquement morts parce que leur cerveau ne fonctionnait plus, sont revenus à la vie.

Quatre d’entre eux se souviennent notamment d’avoir pensé, raisonné et d’avoir ressenti des sentiments de joie, de paix et d’harmonie. Certains affirment aussi avoir communiqué avec des personnes décédées qu’elles connaissaient. Pour Sam Pernia, « ces résultats tendent à prouver que la conscience peut survivre en cas de mort cérébrale. A ses yeux, ces récits pourraient être la preuve de l’existence d’une « conscience » indépendante des fonctions cervicales. Ces preuves suggèrent que l’esprit ou la conscience sont sans doute séparés du cerveau et que le cerveau agit comme un intermédiaire qui exprime la pensée plutôt qu’il ne la produit ». Lors de sa conférence, le médecin ne s’est pas contenté d’exposer ses résultats. Il a aussi répondu à ses détracteurs.

Dans un article publié par le magazine en ligne Cosmiverse, on apprend notamment que les sujets de l’étude n’ont reçu ni oxygène ni aucune substance susceptible de provoquer ce type d’hallucinations. Sam Parnia a également tenu à préciser que, contrairement à ce que prétendent ses détracteurs, ces souvenirs ne correspondent pas au moment exact où les sujets ont perdu ou retrouvé leurs fonctions cérébrales. « En cas de crise cardiaque, les dommages sur le cerveau sont tellement graves qu’ils bloquent complètement son fonctionnement, explique Sam Pernia dans l’article de Cosmiverse. On doit donc s’attendre à une profonde perte de mémoire avant et après l’accident. ». Mais que Sam Parnia demeure prudent: II n’est pas exclu que les informations rapportées aient pu être obtenues par le biais de sources sensorielles tout á fait ordinaires. L’hypothèse séduit, mais elle est à prendre avec des pincettes. Tout d’abord, elle n’explique pas pourquoi 59 des 63 patients n’ont pas vécu une telle expérience. Ensuite, rien ne garantit que cette « expérience » ne soit pas un souvenir rajouté après coup. « Nous savons, explique le Dr Chris Freeman, psychiatre à l’hôpital rotal d’Edimbourg, que la mémoire est extrêmement faillible. Nous sommes très bons pour savoir que quelque chose s’est produit, mais nous sommes très mauvais pour savoir quand il s’est produit. »

Source: Etude de Sam Parnia ( 2011 )

Donnez-nous votre avis :

Thanks for rating this! Now tell the world how you feel - .
Que pensez-vous de cet article ?
  • Fait réel
  • Indécis
  • Fake

Commenter

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*