lundi 26 Août 2019 - 10:06
News
Accueil > Paranormal > Les visages fantômes de Belmez de la Moraleda

Les visages fantômes de Belmez de la Moraleda



visages-fantomes-belmez-moraleda

Nous sommes le 23 août 1971 dans le petit village espagnol de Belmez de la Moraleda, en Andalousie, région de Jaén, au 5 rue Rodriguez Acosta, dans la demeure de la famille Pereira.

L’apparition de visages fantômes

Maria Gomez Camara, épouse Pereira, découvre qu’une forme, qui n’était pas là auparavant et qu’elle interprète comme étant la représentation d’un visage humain, à fait son apparition sur le sol cimenté de sa maison, dans la cuisine.

Pour vérifier que cette constatation n’est pas le fruit de son imagination, Maria Pereira fait appel à son fils et à son mari, qui déclarent également distinguer un visage. Apparemment impressionnée et quelque peu paniquée, la famille quitte alors les lieux et se réfugie chez des voisins, qui témoigneront plus tard du phénomène.

Lors de la réintégration de la famille dans la maison, et après des essais infructueux pour effacer le visage à l’aide de détergents divers, il est pris la décision de démolir la dalle de ciment et d’en couler une autre afin d’ôter l’étrange apparition. C’est Miguel, le fils de Maria, qui s’en charge.

Les témoignages rapportent alors qu’aucun phénomène ne semble se produire durant un certain laps de temps. Toujours est-il que le visage fait sa réapparition au même endroit, soit sur la dalle de béton récemment coulée.

Ne sachant comment se débarrasser de ce visage fantôme, la famille, devant le phénomène qui commence à être connu, contacte la mairie, qui récupère le bloc de ciment et semble avoir ordonné des investigations pour démanteler une éventuelle supercherie ou comprendre l’origine du phénomène.

La maison de Belmez de la Moraleda construite sur le cimetière d’une église

 Après avoir fait enlever à nouveau la dalle, fermer la maison, sortir les habitants, les autorités constatent que non seulement le visage est toujours là mais que, pendant ce temps, d’autres visages de fantômes sont apparus sur les murs et les sols. Les autorités décident alors de poursuivre leurs recherches, creusent le sol et découvrent que la maison serait construite sur l’ancienne église du village, et une partie du vieux cimetière de celle-ci.

Plusieurs restes et ossements auraient été extraits du sous-sol de la maison lors des excavations mais il n’existe apparemment aucunes photos de ceux-ci, bien qu’ils semblent avoir fait l’objet de datation (13ème siècle).

Les anciens plans de la ville confirment l’existence d’une église consacrée par les autorités ecclésiastiques à cet endroit. Aussi, la découverte d’ossements dans une autre maison de la même rue lors de travaux semblent venir accréditer l’existence d’un ancien cimetière à cet endroit. Certaines sources évoquent également la présence d’une ancienne mosquée qui aurait été construite en ce lieu lors des invasions.

Le phénomène va connaître dès lors une amplification constante, puisque de nouveaux visages vont apparaître quasi quotidiennement, changer de place, ou disparaitre. Les Pereira essaieront de les détruire comme la première fois, mais en vain. Les visages réapparaitront, de plus en plus nombreux, de même que les journalistes et les curieux. En tout, ce sont quelques trois mille visages différents qui seront comptabilisés pendant 35 ans, notamment grâce à l’intervention d’un notaire, Don Antonio Palacios Luque, qui en établira un compte précis.

Des rumeurs assurent que les visages semblent changer au gré des humeurs de la maîtresse de maison, notamment lors d’un séjour à l’hôpital de celle-ci ou les visages auraient affichés, selon des témoins, une « expression de tristesse ».

Les visages fantômes de Belmez : tout sauf une supercherie !

C’est en 1972 que l’affaire va réellement prendre une orientation paranormale, puisque German de Argumosa (considéré comme le précurseur de la parapsychologie en Espagne, mais par certains cercles sceptique espagnol comme un mystificateur) et Hans Bender (célèbre psychologue allemand ayant fondé l’Institut für Grenzgebiete der Psychologie und Psychohygiène (IGPP) qui est actuellement le plus grand centre privé menant des recherches en parapsychologie en Europe) se rendent sur les lieux.

Ils vont être également témoins de l’apparition, de la disparition, puis de la réapparition de visages fantômes. Les deux para-psychologues font sceller la cuisine et attendent 3 mois, pour vérifier une éventuelle supercherie. La salle est divisée en sections, pour mieux percevoir d’éventuels changements des visages et de nombreuses photos sont prises. Les trois mois passent et, en ouvrant, les para-psychologues constatent que plusieurs visages se sont déplacés et que de nouveaux sont apparus. Ils effectuent alors une série d’analyse : photographies infrarouges, rayons X, mais les éléments recueillis, bien que discutables sur le plan de la méthode, s’ils ne permettent pas d’étayer une thèse paranormale, démontrent qu’il ne s’agit pas d’une supercherie. Les deux professeurs apportent aussi des appareils d’enregistrement, et effectuent des trans-communications instrumentales (TCI), sur lesquelles des voix humaines ont été entendues…

Qu’est devenue aujourd’hui la maison étrange de Belmez de la Moraleda ?

Étonnant ou non, depuis la mort de Maria et de son mari, la maison est aujourd’hui inhabitée malgré les quelques milliers de visiteurs comptabilisés. Les visages fantômes auraient pourtant disparu…

Donnez-nous votre avis :

Thanks for rating this! Now tell the world how you feel - .
Que pensez-vous de cet article ?
  • Fait réel
  • Indécis
  • Fake

Commenter

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*